CHARTE

La charte définit de façon plus précise les orientations et partis pris de l’association Six Sens. Contrairement aux Statuts, elle n’est pas constitutive de l’association et représente plus des directions choisies par les membres actuels. Néanmoins, tout adhérent à Six Sens doit en avoir connaissance et y souscrit par son adhésion.

 

I. Engagement politique

 

Six Sens est indépendant de tout syndicat, tout parti ou mouvement politique et toute religion. Néanmoins, nous considérons l’apolitisme comme un leurre : il interdirait à l’association de se prononcer sur des thèmes qui la concernent au premier chef et favorise, par l’inaction qu’il entraîne, la ligne politique dominante.

 

Aussi nous nous autorisons à nous prononcer, par nos actions et nos déclarations, sur tout sujet à caractère politique qui concerne l’activité de l’association : propriété intellectuelle, création artistique, condition de travail et de formation des artistes, accès à la culture… Nous nous donnons ainsi le droit de soutenir ou de nous opposer à toute forme d’action politique, sans préjuger d’appartenances syndicales, politiques ou religieuses.

 

II. Engagement associatif

 

Six Sens a été créée dans un esprit de partage et d’entraide. Sa logique est de sortir de l’individualisme qui peut avoir cours dans le milieu artistique en échangeant sans arrière-pensée ses réseaux, savoir-faire, informations…

 

Cette nécessité d’investissement doit se retrouver à l’échelle de tous les adhérents : nous ne voulons pas reproduire un schéma courant où un noyau de quelques personnes dispose de tous les pouvoirs, entourés de nombreux adhérents se contentant de « consommer » les services proposés par l’association. L’adhésion à l’association est un engagement.

 

Nous avons néanmoins conscience que ces comportements sont créés autant par un environnement social que par l’attitude souvent opaque des dirigeants associatifs. Aussi il est nécessaire que toutes les personnes prenant des responsabilités dans l’association veillent à faire acte de pédagogie et de transparence, afin que chacun se sente informé et concerné par le fonctionnement et la vie de Six Sens.

 

III. Une volonté de démocratie

 

Le corollaire à cela est une réelle nécessité pour l’association de fonctionner de façon aussi démocratique que possible. Nous estimons que cela ne passe pas seulement par la possibilité d’un vote annuel en Assemblée Générale : pour qu’un vote soit valable, il faut que le votant dispose de toute l’information possible et comprenne le fonctionnement de son association. Là encore, une nécessité de transmission de ceux qui maîtrisent ce fonctionnement vers les nouveaux adhérents est nécessaire.

 

Cela passe aussi par le besoin d’un renouvellement régulier des personnes à responsabilité dans l’association et par des réunions plus fréquentes que dans beaucoup d’association (Assemblée Générale tous les trois mois), afin d’amener au débat et de produire régulièrement des documents faisant état de la manière dont est gérée l’association.

 

Dans ce cadre, nous tenons aussi à exprimer notre engagement pour un art aussi libre que possible : Six Sens peut a priori soutenir tout type de projet, tant qu’il correspond aux objets de l’association, qu’il est faisable et de qualité et qu’il ne contrevient pas aux lois en vigueur sur le territoire où il doit être réalisé. Les idées défendues dans le projet ne doivent pas entrer en ligne de compte, hormis celles s’opposant directement aux thèmes traités par les Statuts et la Charte.

 

IV. Des cultures pour tous et toutes

 

Nous refusons une définition de la culture basée sur la seule culture dominante, comme elle a généralement lieue. Nous estimons que tout langage, tout art, tout créateur, quel que soit son origine ou sa culture a droit à un traitement équitable et refusons les discriminations qui peuvent apparaître dans ces domaines. Nous voulons nous intéresser autant à la culture dominante qu’aux cultures alternatives ou aux activités qui sont généralement placées hors du champ de la culture.

 

Nous estimons de plus que la culture est un bien collectif nécessaire et un réel besoin des populations, au même titre que le logement, la nourriture, l’eau courante, l’électricité,  l’information… Six Sens s’engage ainsi à œuvrer dans la mesure de ses moyens et possibilités pour que la culture sous toutes ses formes devienne accessible à tous et à toutes, sans distinction de genre, origine sociale ou géographique, idéologie, profession… Cet engagement prend aussi forme en défendant tant la pratique artistique professionnelle que celle des amateurs.

 

V. Un art novateur

 

L’art passe pour nous par une recherche perpétuelle de la créativité et de l’innovation. Nous souhaitons une démarche d’ouverture vers des pratiques, des idées, des personnes ou des technologies nouvelles qui peuvent apporter à un art vivant et en constante évolution. De plus, nous estimons l’art comme une chose importante pour la vie tant des artistes que des receveurs (spectateurs, lecteurs, auditeurs…) et qui doit être réalisé avec exigence et qualité.

 

VI. L’importance du contexte

 

L’art n’est pas un domaine éthéré et détaché des contraintes matérielles. L’association a conscience que son action se situe dans un contexte complexe, tant social qu’économique ou politique. Dans ce cadre, plusieurs lignes directrices vont être défendues par l’association :

 

-L’intérêt pour les possibilités offertes par les nouvelles technologies, notamment au niveau de l’économie de l’art que nous pensons en pleine reconfiguration. Internet, notamment, permet de se passer de nombreux intermédiaires (éditeurs, imprimeurs, labels…) afin de rapprocher directement l’artiste de son public et de travailler sur de nouveaux modes de communication et de consommation : prix libre, financement participatif… Six Sens s’inscrit en faveur de cette réflexion et des expérimentations qui peuvent être menées dans ce domaine.

 

-La nécessité de repenser un code de la propriété intellectuelle qui n’est plus adapté au monde d’aujourd’hui. Les solutions répressives (telles que l’instauration de l’HADOPI) sont inefficaces et nuisent à la diffusion de la culture. Le droit d’auteur doit là encore être repensé et réfléchit différemment, pour assurer la pérennisation de l’art et un accès toujours plus grand des publics aux œuvres artistiques.

 

-Les conditions de travail de nombre d’artistes sont aujourd’hui marquées par la précarité. Le créateur est sans cesse confronté à des difficultés financières et administratives qui le limitent dans son travail, et l’industrie de l’art en minimisant la prise de risque tend à uniformiser les œuvres et les travaux artistiques. L’association Six Sens s’inscrit là encore dans une volonté de travailler sur ces thématiques et de chercher d’autres modes de fonctionnement.
-Il est nécessaire que l’art au sens large (ateliers, œuvres, création, production, publics…) se prête à sa propre théorisation afin de partager les partis pris et les points de vue. De plus, nous pensons que l’art à tout à gagner en s’ouvrant à des recherches diverses dans les domaine des sciences sociales pour mieux se comprendre et comprendre les attentes et besoins qu’il génère. Six Sens affirme sa volonté de travailler dans cette direction.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez nous contacter à contact.sixsens@gmail.com